Ateliers artistiques dans les classes : c’est parti !

Chaque mardi après-midi, un groupe d’élèves de chacun des trois collèges de Trappes va apprendre à poser sa voix, mouvoir son corps et s’exprimer à travers le chant, le théâtre et la danse. Les différentes scènes construites formeront une unité cohérente grâce à d’autres participants, jeunes et adultes. Retour sur la journée du mardi 19 septembre, riche d’émotions.

Deux modes de « recrutement » des élèves ont été adoptés par les établissements. Au collège Courbet, une classe entière de 4e participe au projet, tandis que les collèges Le Village et Gagarine réunissent des élèves volontaires de plusieurs classes de 4e. Ils pratiqueront en alternance danse, théâtre et chant, jusqu’à la création le 15 mai 2018. Parmi les élèves de Courbet, certains étaient sceptiques au départ, les autres d’emblée enthousiastes. Après 1 h 30 de chant pour les uns, de danse pour les autres, les sourires qui égaient les visages en ce mardi après-midi en disent long !

Car le défi est de taille pour l’équipe enseignante et artistique : susciter chez l’élève le désir de dépasser ses peurs, l’effort de se plier à des exercices réguliers, l’habitude d’écouter l’autre et revoir ses préjugés. La musique et la danse du Grand Siècle sont des concepts flous, chargés d’images pas toujours positives pour les jeunes d’aujourd’hui. Si elles en font rêver certains, d’autres les trouvent ennuyeuses, dépassées, voire ridicules. Pourquoi aimer le patrimoine, comment l’aborder aujourd’hui ? Le chorégraphe Marc Barret demande aux adolescents de proposer des postures, des gestes de leur quotidien. La chorégraphie sera composée de leurs initiatives alliées aux codes de la danse baroque (rythme des pieds, expressivité du haut du corps) qu’ils découvriront en chemin. Comme le rappelle le danseur, la danse baroque s’est constituée d’influences diverses et populaires, des régions de France, voire de l’étranger.

Les participants des trois collèges se réuniront en octobre au théâtre de La Merise, pour faire connaissance, travailler et découvrir ensemble la scène sur laquelle ils se produiront. Le travail accompli durant ces premiers mois sera mis en scène pour les familles, toujours à La Merise, le 7 décembre. A bientôt donc !

Publicités

Baptiste ou l’opéra des farceurs, spectacle 100 % baroque

En septembre démarre la construction du spectacle, objet et point d’orgue de la 2e étape de Générations Lully. Au menu des 9 mois de création collective, de la curiosité, de l’effort et de l’audace, nourris par les rencontres et les échanges entre amateurs et professionnels. En perspective, deux représentations à Trappes et à Versailles, en mai 2018. Un partenariat avec la Ville de Trappes. 

Un spectacle dans le goût des comédies-ballets du 17e siècle

Baptiste ou l’opéra des farceurs, c’est un spectacle inédit écrit par l’auteur et metteur en scène Vincent Tavernier et inspiré par la vie d’aventure de Jean-Baptiste Lully et par la liberté du théâtre de la Foire du 17e siècle. La vie de Lully offre un tracé idéal pour raconter le monde baroque : adolescent pauvre venu d’Italie, marmiton devenu musicien, il va inventer l’opéra français à la cour de Louis XIV. Lire la suite

Concert pédagogique mardi 27 juin à la MissPop’

Il fait chaud et des trombes d’eau s’abattent violemment dehors, mais les habitantes de différents quartiers de Trappes, réunies par la MissPop, le Secours populaire et le centre socio-culturel des Merisiers, n’en ont cure. Elles n’ont d’yeux et d’oreilles que pour la musique qui remplit la grande salle à l’étage de l’association.

Le trio de musiciens, composé d’une soprano et de deux instrumentistes de l’ensemble musical Pulcinella, a concocté un programme d’airs baroques du 17e siècle, joués et chantés à la cour ou auprès du feu dans les campagnes. Musique française, espagnole, italienne qui exprime des sentiments universels comme l’aspiration à l’amour et la crainte de la mort. Instruments sans frontières, tels le théorbe issu du luth oriental. Dans la salle, quelle que soit leur relation à la langue française, les auditrices ont tout compris. Au début timides, les visiteuses forment à la fin de l’après-midi une assemblée nombreuse. Les bénévoles ajoutent des chaises au fur et à mesure des arrivées, on se contorsionne pour voir les musiciens par la porte. Quand Valérie Rodriguez, la directrice de la MissPop, propose une pause pour que celles qui le souhaitent partent vaquer à d’autres occupations, personne ne bouge et c’est sous des applaudissements nourris que prennent fin deux heures de magie et de partage.

27.06.17 concert pédagogique MissPop 1.

De Trappes à Versailles au fil de l’eau 

 

Une journée avec le centre culturel Mémoire de Trappes, mercredi 31 mai, pour découvrir pourquoi et comment les jardins de Versailles ont vu le jour, faisant fi des lois de la nature.

Le château de Versailles est remarquable autant par ses bâtiments que par ses jardins. Louis XIV qui pensa et commanda leur réalisation adorait s’y promener. Il a d’ailleurs laissé un livre pour guider le promeneur à travers les bosquets et les bassins confectionnés par André Le Nôtre…

Accompagnés par des guides du château de Versailles et du centre culturel Mémoire de Trappes,  des habitants de Trappes, adhérents de l’association Pharmacitoyen et de Mémoire de Trappes, découvriront in situ la genèse de cette gigantesque entreprise de construction des jardins : conception d’un jardin à la française, volonté de maîtrise des espaces et de la nature et sa réalisation, véritable défi de l’eau. Les jardins seront enfin présentés comme lieux de fêtes et de divertissements.

Quittant Versailles, nous remonterons à la source de la conception des jardins en suivant le réseau hydraulique, dont une partie a été construite sur le territoire de St-Quentin-en-Yvelines : après un pique-nique pris au bord de l’étang de St-Quentin, Mémoire de Trappes expliquera comment a été créé ce vaste réseau très complexe, dont on peut encore voir le tracé et les constructions.

Prenons ensemble un chemin de traverse entre Trappes et Versailles !

 

 

Interview de Vincent Tavernier, auteur et metteur en scène pour Générations Lully

Nous avons demandé à Vincent de nous parler de son métier, de nous raconter les spectacles du XVIIe siècle et de nous présenter le projet de création pour Générations Lully. Un spectacle participatif mêlant musique, danse et théâtre et qui sera créé à La Merise de Trappes et repris à l’Opéra royal du château de Versailles les 15 et 17 mai 2018.

Dis-nous tout. Qu’est-ce qu’un metteur en scène, en quoi consiste son travail ?

Le metteur en scène travaille à satisfaire trois partenaires : l’auteur de l’œuvre, le public et les interprètes. Pour cela, il doit assumer deux responsabilités essentielles. La première est d’employer toute sa compétence à bien comprendre l’œuvre, pour en restituer l’esprit au public, et imaginer pour ce faire quel cadre et quelles directions de travail proposer à ses collaborateurs – décorateur, costumier, éclairagiste et parfois chorégraphe ou chef d’orchestre. La deuxième responsabilité du metteur en scène est de diriger les répétitions des interprètes, les aidant à bien comprendre l’œuvre, à construire leur personnage et à donner toute l’animation nécessaire à leur jeu commun sur le plateau.  Lire la suite

L’E2C dans l’orchestre du roi soleil

Embarquement mercredi 1er mars pour la Cité de la musique à la Villette. Une vingtaine de stagiaires et leurs formateurs partent à la découverte de la musique de Louis XIV.

Dans un premier temps, notre guide nous dévoile les mystères de la Cour de France qui s’installe en 1774 à Versailles et de ces instruments de musique qui enchantent les fêtes qui s’y donnent. La collection de guitares fait briller les yeux, pendant que les violes de gambe le disputent aux violons, clavecins, épinettes et tambours. Lire la suite