Vite, la résidence approche !

Mercredi 2 mai débute à la Merise une résidence de 15 jours qui aboutira à la représentation de la comédie-ballet au public. Plus de 200 participants vont se retrouver pour assembler progressivement les pièces d’un vaste puzzle, commencé en septembre dernier.  

Qu’est-ce qu’une résidence ?

Qu’il aille voir un comique, une expo ou un film, le spectateur admire le résultat d’un long et minutieux travail de mise en scène. La magie de la scène cache un patient travail de l’ombre, que les acteurs de Baptiste ont eux aussi réalisé depuis 9 mois : chaque ensemble a d’abord travaillé séparément, dans les collèges, les associations et à l’Ecole de musique et de danse. Il s’agira donc de découvrir la scène de La Merise, de prendre ses repères et de se familiariser avec l’espace scénique. Mais aussi de s’adapter aux autres groupes et d’apprendre ensemble, pour faire troupe commune.

Un premier filage aura lieu, où le spectacle sera joué sans s’arrêter pour régler les entrées et sorties, modifier le jeu, régler les problèmes rencontrés. Les répétitions sont d’abord accompagnées au clavecin. Puis l’orchestre entre en scène, qui donne une toute autre dimension au spectacle. L’étape suivante est l’essayage puis le jeu en costumes, qui permet de confirmer le personnage. Les aspects pratiques et artistiques réglés, une prégénérale, puis une générale, affineront l’interprétation pour le grand soir, mardi 15 mai !

Comment réserver des places ?

Le public sera constitué en priorité et en majorité des proches des participants. Le grand public a la possibilité d’assister au spectacle en adressant une demande de réservation à generationslully@gmail.com

Afin de permettre au plus grand nombre de découvrir le spectacle en création, deux répétitions générales seront ouvertes, sous condition de réservation, les samedi 12 et lundi 14 mai.

Représentations les mardi 15 mai et jeudi 17 mai à La Halle culturelle La Merise et à l’Opéra royal de Versailles, à 19 h.

 

Publicités

Roulez jeunesse !

Au centre social Michel Luxereau de Trappes, on les appelle les gazelles. Martine, Lorette, Eliane, Lili et Cristina interpréteront – avec gourmandise mais non sans appréhension – les commères du spectacle. Les jeunes n’ont qu’à bien se tenir !

Avec l’animateur-musicien Jack au volant, le minibus de la Ville de Trappes franchit le portail et dépose ses passagères dans la cour de l’Hôtel des Menus-plaisirs, au Centre de musique baroque de Versailles. Les gazelles vivent à Trappes et viennent réviser le Versailles de leur jeunesse en ce froid jeudi de mars. Direction la cathédrale remplie de musique d’orgue, puis la salle du Jeu de Paume, avant de visiter l’Hôtel des Menus-Plaisirs. Sous le charme de ces dames, le directeur artistique du CMBV, Benoît Dratwicki, raconte la musique et la Révolution in situ.

Générations Lully dévoile les coulisses de création de Baptiste ou l’opéra des farceurs

Les acteurs de Générations Lully se sont réunis le 14 mars à l’Ecole de musique et de danse de Trappes pour offrir aux spectateurs la primeur de quelques scènes. Assaisonnée de traditionnel breton, pimentée de hip hop et relevée d’une leçon de couture, cette seconde soirée d’étape a mis en valeur la danse et les progrès vocaux réalisés par les élèves de Trappes, accompagnés des Pages du CMBV.

Depuis septembre, 39 élèves de Trappes travaillent le chant, la danse et le théâtre dans leur collège. Ils forment les acteurs principaux du spectacle, qui interpréteront différentes scènes de la vie du compositeur Lully. Pour les soutenir, les maîtrises de Trappes et du Centre de musique baroque de Versailles chantent et suivent un travail d’expression corporelle.

Pour exprimer le caractère des spectacles baroques, qui marient chant, théâtre et danse au service du propos artistique, les danseurs bretons de Seiz Avel et les danseurs de hip-hop de B3.1 sont de la partie.  Quel rapport entre la danse bretonne, le hip-hop et le baroque, me direz-vous ? La danse baroque est née d’influences diverses et des danses populaires régionales. Le hip-hop a quant à lui prouvé son adaptabilité au vocabulaire musical baroque. Ce n’est pas tout, car les élèves en danse classique de l’Ecole de musique et de danse participent aussi au projet. Le baroque mène à tout ! Et pour relier les scènes entre elles, un quintet de dames retraitées de Trappes interprétera une joyeuse bande de commères avec la complicité du public invité à chanter.

Rendez-vous en mai à La Merise pour le début des répétitions dans les décors du spectacle !

 

 

Menus plaisirs et grands événements

Base arrière des fêtes et cérémonies royales, l’Hôtel des Menus plaisirs fut le théâtre de la Révolution française avant d’accueillir le Centre de musique baroque de Versailles, en 1996. Bravant l’humidité hivernale ce vendredi de 2018, les stagiaires de l’Ecole de la 2e chance de Trappes parcourent l’Histoire de France à grand renfort d’anecdotes, de bâtiments et de dates… Lire la suite