Concerto pour un violon et des stagiaires

Quand des stagiaires de l’Ecole de la deuxième chance tombent amoureux du baroque. Florilège de témoignages réunis par Laurence Ripoll, formatrice engagée.

Petite semaine CMBV. C’est Elsa qui lance la danse mardi, la Cité de la musique nous ouvre ses portes mercredi et jeudi nous concluons avec Atys en folie. L’histoire nous rattrape cette semaine. Et comme toujours, nous rendons les choses sympathiques et donnons envie. « C’est qui Elsa ? Faut vraiment venir écouter le violon ? » Nez froncé ou rire crispé. « C’est pas une musique pour nous ça ». « Pour être sûr, va falloir vérifier, non ?  – C’est sûr, j’aime pas » .

Ils sont là, ils vont et viennent entre leur salle de pause et la salle de cours. « C’est l’heure ? Pas encore » certains, les plus anciens, ravis de cette rencontre, sont venus aider Emmanuel et Bienvenu à installer la salle, les autres, fraîchement entrés à l’e2c sont très occupés ailleurs. Étonnant cette inquiétude qui flotte dans l’air. Étonnant ce rapport à la musique « savante ». Ont-ils peur ? Peur de quoi ? De s’ennuyer ? De ne pas aimer ? D’être mis en difficulté ? Heureusement qu’ils nous font confiance. Je me dis, en regardant Elsa porter ses 2 étuis à violon, que pour eux, c’est de la TNT qu’elle transporte. Et puis Elsa attrape son archet et son violon et fait naître les premières notes en attendant l’heure dite. Sa musique envahit peu à peu l’espace et grignote le son des conversations et le grincement des chaises au sol. Le comportement des stagiaires fait penser à une fourmilière. Ils n’avancent pas en rang, ou l’un après l’autre, ils tournent et s’avancent vers la porte, reculent et reviennent dans un ballet indécis. A chaque tour, un stagiaire disparaît du hall, happé par la salle où Elsa fait vibrer les cordes de son violon. Et très vite, je suis la dernière dans le hall. Je clos la danse, amusée. Tous les stagiaires sont assis, souriants. Ils sont conquis. Il a fallu 2 minutes à Elsa pour les convaincre de l’écouter.

Laurence Ripoll, formatrice.

J’ai découvert des instruments que je n’avais jamais vus et j’ai vraiment apprécié la musique baroque. C’était la première fois que j’en entendais. La violoniste nous a montré le violon du 17e siècle et on lui a demandé d’en jouer un peu. Et elle a accepté. Ca m’a fait plaisir qu’elle ait accepté de jouer ce qu’on lui a demandé. J’étais très fier de tout ce qu’elle nous a montré. Elle a commencé à jouer au violon depuis qu’elle avait 6 ans !

Bahaouddine

Elsa jouait du violon et son instrument avait traversé 3 siècles.
Elle nous a fait écouter la différence entre le violon qui avait traversé les siècles et le violon
moderne en nous rappelant que cet instrument était très présent dans la société. Elle nous a fait découvrir des extraits du spectacle mais aussi de la musique jeune. Elle nous a raconté l’histoire de la musique baroque.

Ralph

Avec Elsa on a voyagé des siècles en arrière. C’était vraiment une très belle expérience et puis elle était très agréable. Elle répondait à nos questions et nous expliquait bien chaque détail de son art. C’était très enrichissant. Elle nous a apporté du sucre dans nos bouches amères avec sa musique baroque.      

Djestice

La présentation de la part de Elsa m’a beaucoup plu. Au début elle nous a ouvert le cours avec de la musique ancienne. Après elle nous a expliqué ce qu’elle fait et elle a présenté les instruments de l’époque. Elle avait un violon du 16e siècle ou 18e siècle d’Allemagne
Le vieux était plus marron et le nouveau avait le son plus aigu. A l’ancienne les violonistes et des danseurs jouaient à presque toutes les fêtes. Elle a fait des jeux avec nous. Elle m’a fait danser comme Khalifa. Au spectacle elle a joué avec le nouveau violon.

Iqbal

Très bonne ambiance
Communication passionnée
Cool de faire participer tout le monde
La mayonnaise a bien pris
Partage de connaissances avec le sourire
Energie positive.

Théodore

Je ne connaissais pas trop le violon, mais j’ai apprécié.

Fabien

J’ai aimé parce qu’Elsa nous a montré différents instruments de musique et elle nous a joué du violon. C’était intéressant parce qu’elle était vraiment passionnée. Elle nous a fait découvrir des jeux musicaux avec nos mains et notre voix. J’ai préféré le violon de nos jours. J’ai été attirée en arrivant par un morceau qu’elle jouait. Je suis entrée dans la salle hypnotisée.

Fatoumata

 

Publicités

Un commentaire sur « Concerto pour un violon et des stagiaires »

  • La découverte de la musique classique dans ce cadre est souvent très efficace. En petit nombre, face au musicien, avec la possibilité de toucher l’instrument et parfois même l’essayer… rien de tel pour intéresser un public qui ne semble pourtant pas conquis d’avance !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s